Dakar-Echo

Brûlé par son épouse aux Maristes, Khadim Ndiaye enterré au cimetière de Yoff

Brûlé par son épouse aux Maristes, Khadim Ndiaye enterré au cimetière de Yoff

Khadim Ndiaye, l’homme brûlé vif par son épouse aux Maristes, a été inhumé hier mercredi au cimetière de Yoff.

À la levée du corps, au quartier des Hlm 4 où résident les parents du défunt, la tristesse et la consternation se lisaient sur les visages des hommes et des femmes assemblés par petits groupes et devisant du bout des lèvres

La presse n’était pas admise. À quelques dizaines de mètres de la maison mortuaire, certains voisins décrivent Khadim Ndiaye comme «un homme pieux, dévoué, un vrai talibé mouride».

Pour le reste, la surprise est le sentiment le plus partagé. D’autant que le couple semblait filer le parfait amour.

Le journal « Vox Populi » révélait dans son édition du mardi que le mobile du crime est une surprise qui a mal tourné. En réalité, le pauvre mari n’avait pas encore convolé en secondes noces.

Comme le font certains hommes dits « jongué » (classe), le mari a acheté un nouveau véhicule et a voulu faire une surprise à sa femme.

Il n’a rien trouvé de mieux pour le faire que d’annoncer à sa légitime avoir pris une seconde épouse, faisant allusion à sa nouvelle voiture.

C’est qu’il n’aurait dû faire… parce que prise d’une jalousie irrationnelle, la femme n’a pas pris le temps de digérer sa colère et comprendre que c’était juste un jeu de mots, que cette seconde épouse était en réalité un véhicule.

Elle a aspergé d’essence son mari avant de le brûler. Il a succombé à ses blessures hier.

Alors que parents et proches accompagnaient Khadim Ndiaye à sa dernière demeure, son épouse, sa veuve plutôt, Aïda Mbacké, fille de Serigne Babacar Mbacké Moukaboro recouvrait ses forces à la maternité de l’Hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy) où elle a accouché d’une fille lundi, le lendemain du drame.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire