Dakar-Echo

Boko Haram aurait tué 2000 personnes au cours des derniers jours

Des centaines de corps, trop nombreux pour être comptés, demeurent éparpillés dans la brousse du Nigeria dans la foulée de ce qui pourrait être le «pire massacre» jamais perpétré par le groupe extrémiste Boko Haram, a déclaré vendredi Amnesty International.

954908-boko-haram-tue-pres-2000

Un représentant du gouvernement nigérian a ajouté que les combats font toujours rage pour le contrôle de Baga, une ville située le long de la frontière avec le Tchad où les insurgés ont capturé une base militaire le 3 janvier.

Un dirigeant local affirme que les victimes sont principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées qui n’ont pas réussi à s’enfuir quand les islamistes ont attaqué Baga avec des armes automatiques et des grenades propulsées par fusées.

Un communiqué publié par Amnesty International affirme que la ville a possiblement été rasée au sol et que quelque 2000 personnes ont été tuées.

Précédemment, le massacre le plus sanglant attribué à Boko Haram s’était produit le 14 mars 2014, quand une attaque contre la caserne militaire de Giwa, dans la ville de Maiduguri, avait fait environ 600 morts.

L’armée «riposte» dans le nord-est
L’armée nigériane a engagé des tirs aériens pour reconquérir la ville stratégique de Baga, dans le nord-est du pays, et son importante base militaire, tombées le week-end dernier aux mains des islamistes, a annoncé vendredi le gouvernement.

Baga, un important carrefour commercial de l’extrême-nord de l’État de Borno, sur les rives du lac Tchad, a été capturé samedi puis entièrement détruit mercredi par le groupe islamiste Boko Haram, qui a aussi brûlé une quinzaine de villages aux alentours, forçant des milliers d’habitants à fuir.

«Les forces de l’ordre nigérianes ont répondu rapidement en déployant d’importants équipements militaires et en lançant des tirs aériens contre les insurgés» a déclaré Mike Omeri, le porte-parole du gouvernement nigérian pour les questions de sécurité, dans un communiqué.

Selon des responsables de la région interrogée par l’AFP, au moins 20 000 personnes ont pris la fuite et plus de 500 d’entre elles sont coincées depuis samedi sans vivres sur une île du lac Tchad, à proximité de la côte.

Selon M. Omeria, l’agence nigériane de secours a pu assister quelque 2000 déplacés de Baga.

Les islamistes, qui lancent de meurtrières attaques quasi quotidiennes dans le nord-est du pays, se sont emparés ces derniers mois de plus d’une vingtaine de localités de cette région, proclamant un «califat» dans les zones sous leur contrôle.

Digital Manager – Chef de projet chez Alixcom Dakar |
E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles similaires

Laisser un commentaire