Dakar-Echo

Autosuffisance alimentaire de riz en 2017: le oui mais de Habib SY

habib_syHabib Sy, l’ancien Directeur de Cabinet de Me Abdoulaye Wade, a indiqué hier, dimanche 2 novembre, que le défi lancé par Macky Sall d’atteindre l’autosuffisance alimentaire en 2017 au Sénégal peut bien être réalisé.

Invité de l’émission Grand jury de la radio RFM (privée), l’ancien ministre de l’Agriculture et ex-maire de Linguère pose cependant un certain nombre de conditions dont notamment la suppression de la SAED et la SODAGRI ainsi que la création d’un poste de vice- Premier ministre chargé de l’Agriculture.

Le président de Nouvelle Vision pour le Sénégal, Habib Sy, est certainement l’un des rares dignitaires du régime de Wade à épouser la politique d’autosuffisance alimentaire postulée par l’actuel locataire du Palais de la République.

Invité hier, dimanche 2 novembre, à l’émission Grand jury de la radio RFM (privée), l’ancien ministre de l’Agriculture et ex-maire de Linguère dit partager en effet la démarche de Macky Sall, en matière de sécurité alimentaire.

L’espoir est permis, selon le responsable libéral qui estime que l’autosuffisance en riz au Sénégal en 2017est bel et bien à la portée du Sénégal. «Tout est possible», a-t-il déclaré.

Cependant, Habib Sy a préconisé la nécessité de lever un certain nombre d’obstacles préalables à la réalisation de ce projet. Il a notamment prôné la suppression et le transfert de la compétence de la SAED et la SODAGRI» à la direction du génie rural et à ‎Agence nationale de conseil agricole et rural(ANCAR).

Selon lui, ces deux structures ci-haut citées ont atteint leur limite en dépit de la compétence de leurs ingénieurs. «Aujourd’hui, les aménagements à l’hectare de la SAED sont beaucoup plus chers que ceux de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) et le double des aménagements à l’hectare réalisés au Burkina Faso et au Mali par cette même entreprise.

Il y a certaines lourdeurs, c’est pour cela que je propose, comme il existe une Direction du génie rural, parce que c’est ça son métier, de confier directement les aménagements à cette direction. Cela permettra d’aller plus vite, de mieux contrôler mais ensuite, il faudrait le jumeler avec le renforcement de la capacité de l’Ancar ».

Toujours, dans la foulée de ses recommandations à l’endroit des actuels tenants du pouvoir en vue de l’effectivité de l’autosuffisance alimentaire en 2017, l’ancien ministre d’Etat sous Wade a suggéré également la création d’un poste de Vice-Premier ministre chargé de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique en lieu et place d’un ministère de l’Agriculture.

Estimant que l’agriculture est le premier domaine de la souveraineté nationale, il a indiqué que le ministre en charge de l’Agriculture doit avoir une ascendance sur les autres ministères et particulièrement sur celui en charge des Finances. Il a ainsi préconisé qu’une enveloppe de 270 milliards soit allouée chaque année à la production, la transformation et la commercialisation des produits agricoles et de l’élevage.

ACTE III DE LA DECENTRALISATION, UNE REFORME CADUQUE
L’ancien maire de Linguère est également revenu sur la réforme des collectivités locales initiée dans le cadre de l’Acte III de la Décentralisation. Et c’est pour dire que cette réforme n’est pas ce qu’il faut pour le Sénégal.

Pour cause, a-t-il fait savoir, le projet de pôles de développement économique est une vieille idée du président Mamadou Dia. Qui plus est, Habib Sy a dit ne pas voir l’utilité des conseils départementaux. Avant de souligner que «l’ère des gouverneurs est dépassée, car il y a une certaine injustice sociale, un grand déséquilibre entre les différentes localités du pays».

Habib Sy, par ailleurs, membre du Comité directeur (Cd) du PDS a ainsi plaidé pour le remplacement de ces postes part ceux des ministres délégués chargés du développement des régions auprès du Premier des ministres.

Ces derniers participeront tous les quinze jours à la réunion du Conseil des ministres. Habib Sy a enfin invité le chef de l’Etat à avoir des résidences secondaires dans les régions éloignées du Sénégal au lieu de faire des tournées économiques.

«Au lieu de faire des tournées économiques, Macky Sall devrait avoir des résidences secondaires dans les régions éloignées du Sénégal. Cela va donner aux populations de ces localités le sentiment d’être prises en compte par les politiques publiques.»

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire