Dakar-Echo

Attentat de Charlie Hebdo: les faits

charlie-hebdo_1Le siège de la rédaction de Charlie Hebdo, dans le XI arrondissement de Paris, a été le théâtre d’une sanglante fusillade ce matin, faisant au moins douze morts.

Une attaque qualifiée «d’acte d’une exceptionnelle barbarie» selon le président de la République, François Hollande.

Douze morts, dont deux policiers. Au moins deux hommes encagoulés ont fait usage d’armes automatiques au sein du siège du journal satirique peu avant midi. Plusieurs employés du journal se sont réfugiés sur le toit de l’immeuble.

D’après nos informations, neuf employés, dont les dessinateurs Cabu, Charb, Woliniski et Tignous, et un policier auraient été tués à l’intérieur et au moins deux autres personnes à l’extérieur des locaux. Quatre autres personnes ont été blessées dans un état jugé sérieux.

«Une trentaine de coups de feu». «J’ai entendu des coups de feu, j’ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq», a déclaré Michel Goldenberg, un voisin de Charlie Hebdo qui a son bureau dans la rue Nicolas Appert, la même que celle où se trouve le siège de l’hebdomadaire satirique.

Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté avoir entendu «à 11 h 30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes».

«On a entendu des tirs de kalachnikov très nombreux», a encore témoigné Benoit Bringet, journaliste à l’agence Premières Lignes. «Cela a duré de très, très longues minutes qui ont paru une éternité. On a vu deux hommes sortir, cagoulés, qui criaient et qui sont ensuite montés dans une voiture. On a ensuite encore entendu des tirs dans la rue.

«Allah Akbar», ont crié les agresseurs. Selon des témoins cités par une source policière, les agresseurs ont crié «Nous avons vengé le prophète !» lors de leur attaque. Sur une vidéo de l’attaque, filmée par un homme réfugié sur un toit, on entend un homme crier «Allah akbar» («Allah est le plus grand») entre plusieurs coups de feu.

citroen_c1Les agresseurs toujours en fuite. En quittant les lieux, les assaillants ont tiré à l’arme lourde contre la police. Ils ont pris la fuite à bord de leur voiture, une Citroën noire, qui a été retrouvée abandonnée sur la chaussée, rue de Meaux, dans le XIXe arrondissement de Paris. Ils ont ensuite braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton.

Une enquête ouverte pour «assassinats en lien avec une entreprise terroriste». La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été chargées de l’enquête ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.

Les chefs retenus sont «assassinats en lien avec une entreprise terroriste», «tentatives d’assassinats en lien avec une entreprise terroriste», «association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste», «vol avec arme en relation avec une entreprise terroriste», a précisé le parquet.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire