Dakar-Echo

Arts culinaires : une fée nommée Rougui Dia

Portrait. Quel parcours ! Cette jeune d’origine sénégalaise hésitait entre l’armée et la couture, elle a fini par succomber aux métiers de la table.

C’est à l’âge de 13 ans que Rougui Dia, née en France de parents sénégalais, découvre la cuisine en réalisant avec brio un plat peul, son groupe ethnique.

Ayant grandi à Neuilly-Plaisance, alors qu’elle se destinait à l’armée ou à la couture, elle décide de se tourner désormais vers sa nouvelle passion : les métiers de la table. Encouragée par sa famille, elle intègre l’école hôtelière de Villepinte, avant de passer avec succès deux CAP (cuisine et salle). Par la suite, Rougui Dia* consolide son expérience en devenant second de plusieurs chefs de restaurants.

[youtube]http://youtu.be/WCSH8qhbJD0[/youtube]

Tout bascule quand Rougui entre chez Petrossian
Sa carrière prend une tournure déterminante en 2001. Cette année-là, elle franchit le seuil du « 144 », le restaurant de la prestigieuse maison de caviar Petrossian. Elle y fera ses classes auprès de Christophe Conticini, chef pâtissier, et du chef Sébastien Faré.

Talentueuse, c’est sans surprise qu’elle se verra confier les rênes des cuisines du restaurant en 2005, année de départ du chef Faré. Rougui Dia y poursuivra avec succès sa carrière sans perdre de vue son objectif : respecter la tradition de la maison Petrossian tout en restant à l’affût d’une cuisine ouverte sur le monde.

Chef du restaurant « Vraymonde » du Buddha-Bar Hotel de Paris depuis février 2013, Rougui Dia continue de puiser son inspiration dans ses racines africaines en mâtinant ses créations d’une touche d’épices.

* Rougui Dia, le chef est une femme, chez Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, octobre 2006.

Par Coumba Diop-Delmas avec Le Point

Articles similaires

Laisser un commentaire