Dakar-Echo

Arancha González Laya: « Quiconque emprunte les routes illégales devra retourner dans son pays

Arancha González Laya: « Quiconque emprunte les routes illégales devra retourner dans son pays

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a envoyé aujourd’hui un message fort contre la migration irrégulière lors de sa visite au Sénégal, avertissant que quiconque veut migrer en Espagne doit le faire par les voies légales.

« Quiconque emprunte les routes illégales devra retourner dans son pays. Par conséquent, quiconque veut emprunter les routes légales », a déclaré González Laya à la presse à Dakar aujourd’hui, soulignant qu’il a le soutien des autorités sénégalaises.

« Les portes de l’Espagne seront ouvertes aux Sénégalais qui souhaitent émigrer en Espagne de manière légale et ordonnée », a ajouté le chef de la diplomatie espagnole.

La visite du ministre a eu lieu à un moment où des centaines de jeunes montaient à nouveau en canoë depuis les côtes de ce pays d’Afrique de l’Ouest pour tenter d’atteindre les îles Canaries, évoquant la crise du canoë de 2016, lorsque près de 32000 personnes sont arrivées. aux îles espagnoles du Sénégal, de la Mauritanie et du Maroc.

Jusqu’à présent cette année, plus de 18 400 personnes sont arrivées sur ces îles, dont plus de la moitié le mois dernier.

La pandémie, déclencheur de plus de migrations irrégulières
Les effets économiques du covid-19 et la restriction des mouvements sur les routes de migration terrestre, en raison de la fermeture de nombreuses frontières en raison de la pandémie, sont quelques-unes des raisons qui ont provoqué la réactivation de la route de migration à travers l’Atlantique.

« Nous savons que l’une des conséquences de cette pandémie allait être une augmentation des migrations », a admis la ministre, précisant qu’elle estime que « l’Espagne était prête » car « le gouvernement travaille sur cette question depuis des mois et, par conséquent, est être en mesure de répondre de cette manière rapide et complète. « 

Cependant, a-t-il précisé, « il est vrai que la situation, en particulier cette route atlantique, s’est ouverte très rapidement et avec un grand nombre de personnes qui sont arrivées en peu de temps; et en cela nous devons aussi travailler pour l’absorber ». .

González Laya a indiqué que l’Espagne allait renforcer la présence de la Garde civile espagnole et de la police nationale au Sénégal « pour démanteler les réseaux criminels de traite des êtres humains dans ce pays ».

La Garde civile et la Police nationale espagnole sont au Sénégal depuis 2006, date à laquelle elles ont activé un dispositif hispano-sénégalais de patrouilles mixtes pour contrôler les flux migratoires.

De même, il a affirmé que l’Espagne et le Sénégal travailleraient pour que « les immigrés clandestins arrivés en Espagne de nationalité sénégalaise soient renvoyés dans leur pays. Nous le ferons conformément aux règles, conventions et accords que le Sénégal a avec l’Espagne ».

De son côté, la Ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Aissata Tall Sall, a déclaré que « le Gouvernement du Sénégal, sous les directives de Son Excellence le Président Macky Sall, a pris des mesures courageuses » pour « la lutte contre la migration irrégulière » .

L’Espagne, ouverte à la migration légale
« On attend beaucoup de nous et on attend beaucoup de vous. Ensemble, nous pourrons arrêter ce phénomène et trouver des solutions satisfaisantes qui préserveront la dignité de nos peuples respectifs et les intérêts de nos gouvernements. C’est une tâche colossale qui exige une une collaboration franche, une meilleure solution et une coopération renforcée », a ajouté Sall.

González Laya a également rencontré le président sénégalais, avec qui il a eu une « excellente conversation » au cours de laquelle il a manifesté son désir de voir l’Espagne beaucoup plus présente au Sénégal, dans le domaine des affaires et de l’investissement.

Le chef de l’Etat sénégalais a également exprimé son soutien à la lutte contre la traite des êtres humains et au rapatriement des Sénégalais arrivant illégalement en Espagne.

Et il a remercié l’accord que les deux pays ont signé aujourd’hui pour protéger les travailleurs espagnols et sénégalais afin qu’ils ne perdent pas leurs droits acquis en matière de sécurité sociale s’ils décident de retourner dans leurs pays respectifs.

« C’est une manière de donner un signal clair que l’Espagne a les portes ouvertes pour la migration légale », a déclaré González Laya, qui a demandé ce vendredi le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et de l’Agence des Nations Unies pour les migrations. Réfugiés (HCR) dans la gestion de la forte augmentation des arrivées de cayucos aux îles Canaries.

Au cours de la journée d’aujourd’hui à Dakar, González Laya a pris un petit déjeuner avec des femmes leaders de la société civile sénégalaise et a rendu visite à la Garde civile et à la Police nationale espagnole dans le port de Dakar.

Dans l’après-midi, il a également rencontré les membres du détachement d’ivoire de l’armée de l’air espagnole, qui assure des fonctions de transport et d’approvisionnement logistique aux troupes de l’opération française Barkhane pour lutter contre le djihadisme dans la région du Sahel.

La ministre était au Sénégal après avoir voyagé en octobre dernier au Niger, au Tchad, au Mali et au Burkina Faso, où elle a abordé les questions de sécurité, la migration irrégulière, la traite des êtres humains, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, mais aussi des questions centrées sur la jeunesse. les femmes, le secteur privé et l’énergie.

Articles similaires

Laisser un commentaire