Dakar-Echo

Aly Baba Faye, de Rufisque à Rome, naturellement

Aly Baba Faye, de Rufisque à Rome, naturellement

Aly Baba Faye (sociologue) est né le 22 aout 1961 à Rufisque (Sénégal). Il réside actuellement à Rome (Italie) où il est marié et père de trois enfants.

Après ses études à la faculté de droit de l’Université de Dakar, Aly Baba Faye obtint une bourse d’étude pour compléter ses études en Italie où il débarque en 1984.

Le destin avait voulu qu’il fût témoin du passage historique de l’Italie de pays d’émigration à pays d’immigration. Il s’engage dans le mouvement des étudiants et devient secrétaire exécutif chargé de l’organisation de l’ASAU (association des étudiants africains en Ombrie).

Membre fondateur de l’association « Doomi Sénégal » il organise les premières assises de la coopération décentralisée avec le Sénégal « Rencontres Sénégal ». En 1986 le gouvernement italien est obligé de se doter d’une Loi sur l’immigration pour entrer dans les accords de Schengen.

La Loi 943/1986, qui pour la première fois donnait la possibilité aux étrangers d’accéder au marché de l’emploi avec l’ouverture d’une longue période de régularisation qui a favorisé l’intensification des flux migratoires vers l’Italie.

Fort de son expérience et des ses connaissances de la législation italienne il devient un point de référence pour les communautés étrangères en Ombrie en assistant les immigrés dans les procédures bureaucratiques en collaborant avec les institutions.

C’est ainsi qu’il devient un animateur de communautés ce qui l’a conduit successivement à s’engager dans la vie publique.

En 1987 Aly Baba Faye sillonna toute la Péninsule avec ses amis pour promouvoir l’organisation des communautés au niveau local et par la suite ils vont créer un réseau au niveau national.

En février 1988 se tint le premier congrès de la CASI (Coordination des Associations Sénégalaises en Italie) qui va l’élire secrétaire national. Il commence à sillonner la Péninsule toujours pour organiser la communauté et favoriser le dialogue avec les institutions.

Le 24 aout 1989, dans la campagne au sud de l’Italie à Villa Literno un jeune réfugié politique sud africain Jerry Essan Masslo qui avait échappé à la répression de l’Apartheid était assassiné par un groupe de néofascistes.

Aly Baba Faye avec Tom Benetollo l’ex leader charismatique de l’ARCI, l’ex directeur du journal « Il Manifesto » PierLuigi Sullo et d’autres vont constituer le groupe promoteur de la première manifestation antiraciste en Italie d’alors avec le mouvement syndical italien.

Le 7 octobre à Rome, plus de 150.000 personnes était venues dire leur non au racisme et à la violence. Aly Baba Faye était parmi les orateurs et son discours a été une évènement dans l’évènement en le consacrant de fait comme leader naturel du mouvement antiraciste naissant.

Son engagement contre le racisme le plaça de fait dans la dynamique de l’antiracisme européen dans la mouvance de SOS racisme que Harlem Désir avait lancé en France.

C’est d’ailleurs lors d’un voyage à Paris pour participer aux Etats généraux de la jeunesse européenne à la Sorbonne qu’il fit la connaissance de Bruno Trentin ce dernier était alors séduit par l’éloquence et la dialectique de ce jeune sociologue sénégalais qui avait privilégié l’engagement sur le terrain à l’académisme universitaire.

De retour à Rome les deux compères commencèrent à se fréquenter et Bruno Trentin, leader légendaire du mouvement syndical italien et ex secrétaire général de la CGIL, lui propose de s’engager dans le mouvement des travailleurs pour soutenir la syndicalisation des travailleurs immigrés. Aly Baba Faye accepta.

En 1990 il est embauché comme permanent par la plus grande centrale syndicale européenne, la CGIL et se trouve à travailler dans le département que dirigeait Fausto Bertinotti. Ce dernier se lancera en politique et deviendra même pour une certaine période Président de la Chambre des députés.

Avec son engagement dans le mouvement syndical Aly Baba Faye, est le premier noir à être désigné responsable national de la coordination des travailleurs immigrés a laissé son empreinte novatrice dans la dynamique des négociations et dans les conventions collectives.

En Janvier 1997 quelque mois après le Congrès de la Cgil, le nouveau secrétaire général de la CGIL Sergio Cofferati, qui avait succédé à Bruno Trentin, lui propose de passer à la FLAI (Fédération des travailleurs de l’agroalimentaire). Il occupera pour cette fédération le poste de secrétaire général à Pomezia dans la région de Rome. Ce fut la première fois qu’une personne d’origine étrangère devenait en 1998 le premier étranger dirigeant d’une fédération provinciale de catégorie.

En effet comme syndicaliste, Aly Baba Faye s’était fait les os dans la gestion des tables de négociations, et donna sa contribution de qualité et d’innovation dans la filière agroalimentaire, participa à la gestion de la privatisation du secteur du tabac, et a donné une contribution décisive à la stratégie de sortie de crise de la vache folle en s’alliant avec le patronat pour éviter que la crise ne se traduise en faillites et licenciements des travailleurs.

En 1999 Aly Baba Faye devient vice secrétaire général de la FLAI de Pomezia (Province de Rome). Syndicaliste atypique puisqu’homme du juste milieu, homme de médiation, Faye était un pionnier de la concertation et pour cela très respecté par le patronat.

Son parcours syndical prendra fin quand en 2001 il fut désigné comme candidat dans la liste des démocrates de gauche au Conseil Municipal de la capitale italienne. Homme de défi et esprit pionnier Aly Baba Faye accepte en tant que noir de faire une campagne électorale et obtint un résultat inattendu mais pas suffisant pour être élu.

La gauche démocratique l’appelle à la rescousse
Alors le parti sous l’impulsion de son ami (et témoin de mariage) Bruno Trentin. Le parti de la gauche démocratique l’appelle pour gérer la phase d’ouverture aux immigrés dans le cadre du renouvellement du Parti. Il allait alors collaborer avec l’ex ministre de la solidarité sociale Livia Turco avec laquelle Aly Baba Faye va constituer le Forum des migrants « Fratelli d’Italia ».

C’est encore lors du sillonnement de la Péninsule qu’il réussi à redorer le blason du parti et à attirer des milliers d’immigrés dans le Forum. En 2006 son nom est dans la liste des candidats de la coalition de centre gauche (l’Ulivo) mais dans une position qui ne lui aurait pas permis d’être élu à l’Assemblée de Montecitorio comme député. Et le parti le voulait comme membre du gouvernement au poste de secrétaire d’Etat au ministère du Travail. Mais malheureusement pour lui, pour des raisons liées aux équilibres d’un gouvernement de coalition, son nom fut sacrifié à la dernière minute.

Figure charismatique, personnalité dotée d’une grande capacité d’organisation et de médiation, fin communicateur Aly Baba Faye est un personnage public reconnu et respecté. C’est peut être ce que les promoteurs du Prix Méditerranéen ont relevé quand on lui a conféré le Prix pour la Paix et la Solidarité en 2003.

Après un passage comme consultant parlementaire, Faye est depuis 2013 conseiller technique du vice-ministre de l’Intérieur

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

1 Commentaire

  1. alousane@gmail.com'
    alou sané
    18 janvier 2018 à 7 h 36 min

    Il ya des senegalais comme ça qui font notre fierté à tous et surtout sans tambours ni trompettes sans se prendre au sérieux wouté ak nos politiciens qui nous bassinent à longueur de journée avec des paroles et sans vergogne chanter les louanges de wade à macky et ainsi de suite. bravo à dakarecho pour vous interesser à ces vrais senegalais qu’on aimerait connaitre davantage à travers le monde

Laisser un commentaire