Dakar-Echo

Affaire MASSALY: ce qui retarde les trois procédures

Affaire MASSALY: ce qui retarde les trois procédures

Mamadou-Lamine-MassalySous le coup de plusieurs procédures judiciaires contre Aminata Tall (qu’il avait traitée de prostituée politique) et la gendarmerie (à qui il reproche de l’avoir torturé), Mamadou Lamine Massaly verra son procès s’ouvrir le 28 avril devant le tribunal correctionnel de Dakar. Quant à la liberté provisoire accordée par le juge et refusée par le parquet, la Cour d’appel va trancher sous peu.

Procès Mamadou Lamine Massaly contre Aminata Tall. Le jeune libéral est poursuivi en justice par la présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Elle l’accuse du délit d’«injures publiques».

Elle a été traitée de «prostituée politique». C’était au cours d’un débat à la télévision privée 2Stv. C’est, d’ailleurs, pourquoi l’animateur de l’émission, Mamadou Tounkara, est cité comme témoin dans la procédure. Seulement, le procès n’a pas eu lieu hier. Il a fait l’objet d’un report au 28 avril prochain.

Le motif du renvoi est lié à la régularisation de la procédure. Car, selon le juge en charge d’instruire cette affaire, «le dossier n’est pas encore en état d’être jugé».

En vérité, le juge correctionnel ne peut pas évoquer l’affaire sur le fond tant que la Cour d’appel de Dakar n’aura pas statué sur la «demande de mise en liberté provisoire» car le procureur s’y était opposé quand le juge l’avait accordée.

Le parquet général est dans l’attente du dossier que doit lui transmettre le procureur de la République pour l’enrôler en audience. C’est ce qui fait que le jeune libéral reste encore en détention, malgré le fait que la liberté provisoire ait été accordée par le juge du siège.

C’est en application des dispositions de l’article 588 du Code de procédure pénale. Dans son alinéa 2, il dispose : «…L’appel est jugé par une chambre spéciale de la Cour d’appel, dans les mêmes conditions qu’en première instance…».

Il faut préciser que dans cette affaire, même si l’on parle d’un désistement d’Aminata Tall, l’action publique continue car nous ne sommes pas en matière de diffamation ou le désistement du plaignant fait estomper toutes les poursuites.

Par ailleurs, en dehors de cette histoire qui l’oppose à Aminata Tall, Massaly est sous le coup d’une autre procédure qui l’oppose à la gendarmerie nationale.

D’avoir accusé l’institution de tortures lors de sa garde à vue à la section de recherches de la gendarmerie de Colobane lui vaut cet autre déboire judiciaire où on l’accuse d’avoir jeté le discret sur cette institution. Ce dossier n’a pas encore atterri en jugement puisqu’il n’est pas enrôlé, pour l’heure.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire