Dakar-Echo

Affaire Charlie Hebdo: Une Éducation Par L’Islam Et Le Respect De La Diversité Prônée

souleymane_bachir_diagneL’attaque du journal satirique français, Charlie Hebdo et d’autres attentats imputés à des personnes se réclamant des mouvements islamistes ne peuvent être résolus que par une éducation des jeunes aux valeurs religieuses et le respect de la diversité.

C’est l’avis des professeurs Mamadou Diouf, Albert Bourgi et Souleymane Bachir Diagne qui réagissaient le week-end dernier sur les ondes de la radio Sud Fm.

Le professeur d’histoire à l’université de Columbia aux Etats Unies, Mamadou Diouf, a lors d’une émission animée par le journaliste Baye Oumar Guèye, sur la radio Sud Fm le dimanche 11 janvier 2014, estime que pour trouver une parade aux attaques des personnes censées défendre les intérêts de la religion musulmane, il faut asseoir une éducation des jeunes sur les principes qui fondent la religion.

Mieux, poursuit-il, «les intellectuels musulmans doivent être à avant-garde pour montrer qu’il y a un Islam pacifiste ».

Il juge par ailleurs, que «des espaces de dialogues doivent être créés pour dissiper les mécontentements ». L’historien trouve que «le recours à la violence ne peut aucunement résoudre le problème du terrorisme dans le monde ».

SOULEYMANE BACHIR DIAGNE, «TOUS LES MAUX DONT SOUFFRENT LES HUMAINS TROUVENT LEURS SOLUTIONS DANS L’EDUCATION»
S’engageant dans la même voie, le professeur Souleymane Bachir Diagne estime que l’éducation aux valeurs islamiques doit être à la base des enseignements dispensés aux jeunes,

« Je suis de ceux qui pensent que la vraie solution à beaucoup de maux humains se trouve dans l’éducation. Il est d’autant plus vrai aujourd’hui que la religion est présente dans nos vies.

Il ne faut pas un enseignement de la religion aux gens qui se déclarent eux-mêmes appartenir à une religion, mais simplement l’éducation de tous. Il faut une éducation religieuse de base qui se donne dans les écoles et dans les universités ».

Le professeur Diagne juge, par ailleurs, que les musulmans doivent accepter de vivre dans le pluralisme de leur religion : « il faut que le monde musulman, apprenne à accepter le pluralisme.

Il n’est qu’à même pas normal qu’on s’entretue entre sunnites et shiites en s’excommuniant mutuellement et en se disant que c’est seulement moi, parce que je suis sunnite qui ait l’interprétation véritable de la religion, le shiite est hétérodoxe.

Les musulmans doivent comprendre que le pluralisme entre dans l’ordre normal des choses. Et il est voulu par Dieu qui lui-même le dit explicitement dans le Coran.

Ultimement ce que vous faites quand vous êtes différents, c’est que vous rivalisez dans vos bonnes œuvres.

C’est quand vous reviendrez à moi, que je vous expliquerez la nature de vos divergences ».

Le philosophe renchérit en précisant que « la liberté d’expression ne doit pas obliger les gens à dire des propos blessants ».

Le professeur Souleymane Bachir Diagne juge que les intégristes agissent du fait de l’influence de leur environnement ou d’une société où ils se sentent exclus.

ALBERT BOURGI : «L’ATTAQUE DE CHARLIE HEBDO TRADUIT UN MANQUE D’INTEGRATION»

« Il faut que l’islam reconnaisse sa place dans la société française. Au-delà de cette reconnaissance, il faut aussi que ceux qui incarnent cette religion trouvent leur place dans cette société», a affirmé le professeur Albert Bourgi qui décline ainsi les causes de l’attaque du quotidien satirique.

Mieux, se référant à l’attaque de Charles Hebdo perpétrée par des français sur leurs propres compatriotes, il estime que la société française doit cultiver l’unité car, les attentats sont le signe d’un échec d’intégration.

Albert Bourgi trouve que l’usage des armes ne peut en aucun cas résoudre le problème du terrorisme.

Albert Bourgi trouve également que la référence de la défense des intérêts islamiques n’est pas conforme aux fondements de l’Islam qui est une religion de paix et de tolérance.

Fatou NDIAYE 

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire