Dakar-Echo

Adjoint d’Aliou Cissé: Régis Bogaert ou les aventures d’un sorcier nordiste au Sénégal

Adjoint d’Aliou Cissé: Régis Bogaert ou les aventures d’un sorcier nordiste au Sénégal

regis_bogaertAliou Cissé, qui a fréquenté le centre de formation du LOSC, a eu comme entraîneur Régis Bogaert. Et les deux hommes avaient déjà travaillé côte à côte récemment avec la sélection olympique du Sénégal.

Les « Lionceaux », comme on les appelle au pays, avaient réalisé un beau parcours lors des JO de Londres, ne chutant qu’en quarts de finale contre le Mexique, futur lauréat du tournoi. L’année suivante, la médaille de bronze obtenue face aux Ivoiriens, lors des Jeux de la Francophonie, avait fini de valider la qualité du travail du binôme Cissé-Bogaert.

C’est presque naturellement que le jeune sélectionneur, 39 ans le 24 mars prochain, a imposé à sa fédération le nom de Régis Bogaert quand celle-ci l’a désigné pour succéder à Alain Giresse. « Il y avait des signes qui montraient que les instances du foot sénégalais voulaient se tourner vers un sélectionneur du cru. En plus, auparavant, on avait bien bossé, on avait eu des résultats », raconte le technicien nordiste.

Certes, la nomination du Français n’a pas fait l’unanimité au Sénagal, certains estimant qu’Aliou Cissé aurait dû s’entourer d’un staff cent pour cent local, mais celui-ci a mis dans la balance la présence de son ancien entraîneur pour accepter le poste.

« J’ai dit à Aliou que je ne voulais pas être un frein pour lui. Il m’a répondu que cela se ferait avec moi, ou que cela ne se ferait pas », explique Régis Bogaert qui s’est envolé en début de semaine dernière pour Dakar afin de parapher un contrat de quatre ans. « Je vais m’engager totalement et mettre entre parenthèses toutes mes autres activités, assure-t-il. Quand on vous donne une opportunité pareille…

Certes, je n’ai pas eu un parcours linéaire, mais si je suis en Afrique aujourd’hui, c’est parce que je me suis toujours engagé à fond dans mes projets, à l’image de l’aventure que j’ai vécue avec Lesquin, club où j’ai passé onze saisons et que j’ai emmené de la première division de district au CFA. »

À Dakar, outre différentes formalités administratives, celui qui a également entraîné l’ES Wasquehal et qui était venu récemment au chevet du SC Feignies donner un coup de main à son homologue Patrice Selle, va réfléchir avec Aliou Cissé sur une première liste de joueurs à retenir dans le cadre d’un match amical contre le Ghana, le 28 mars.

« Ensuite, il va falloir qu’on se projette rapidement sur deux échéances qui vont arriver très vite. D’abord les éliminatoires de la CAN 2017 qui vont démarrer en juin, puis les éliminatoires du Mondial en Russie en 2018 dès octobre. Et là, ça sera compliqué, car il n’y aura que cinq places. »

Un défi aussi relevé que palpitant qui peut mettre en lumière le travail d’un technicien peu connu du grand public mais qui fait référence dans le milieu, notamment en termes de préparation mentale.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire