Dakar-Echo

Abdoulaye Wade fait la paix avec Madické Niang

Abdoulaye Wade fait la paix avec Madické Niang

L’ex-président Abdoulaye Wade est revenu, mercredi, à de meilleurs sentiments après une brouille qui l’a opposé à Madické Niang, un des principaux leaders de son parti, le Parti démocratique sénégalais (PDS), qu’il a accusé lundi d’être derrière la lettre lui demandant de trouver un « plan B » à la candidature de son fils, Karim.

« J’ai pris connaissance de votre réaction à ma déclaration. Vous me connaissez pour ne pas savoir que je réagis spontanément sans détours. Je l’ai fait au stade de mes informations provenant de plusieurs sources », a entamé le nonagénaire, dans une courte lettre de cinq paragraphes signée depuis Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Très émotif dans cette seconde requête, Abdoulaye Wade continue et estime que « la vigueur de (sa) réaction n’a eu d’égale que la profondeur de (sa) déception tant les liens qui (les) unissaient étaient forts ».

« Devant l’accent de sincérité de votre déclaration, votre évocation du Saint-Coran et de notre Guide à tous les deux, le Vénéré Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, je vous donne acte de votre déclaration qui me rassure », a dit le secrétaire général du PDS, avant de refermer sa lettre par cet appel vis-à-vis de son camarade : « Enterrons ce qui ne doit plus être dans nos relations qu’un regrettable incident qui se situe maintenant derrière nous ».

Dans leur échange épistolaire public, Me Wade a parlé de « trahison » lundi dernier pour accabler Me Madické Niang pour son supposé acte. Mais ce dernier avait répondu en réaffirmant sa « loyauté » et la « manifestation d’affection profonde pour (la) personne » d’Abdoulaye Wade.

« Peut-être ai-je eu tort de penser à sortir mon Parti de l’impasse en proposant une candidature de recours en cas de nécessité ce qui est différent de l’initiative de Thiombane (un militant du PDS) », avait-il ajouté.

Ces échanges épistolaires au plus haut niveau du PDS avaient amené certains à penser qu’une « crise » avait fini de s’abattre sur ce parti fondé en 1974 par l’un des hommes politiques les plus célèbres du Sénégal.

Mardi soir, lors du lancement du parrainage du candidat déclaré Karim Wade au siège du PDS, Madické Niang et les autres présumés signataires de la fameuse lettre adressée à Me Abdoulaye Wade ont brillé par leur absence.

Karim Wade, exilé au Qatar depuis son élargissement en prison, peine à s’inscrire sur les listes électorales à cause de sa condamnation de 6 ans dans l’affaire de la traque des biens mal acquis. Cette peine est à chaque fois évoquée par certains pour arguer qu’il a perdu de facto ses droits civiques.

Hier lors de la cérémonie de lancement de son parrainage, des responsables du parti ont annoncé son retour imminent au Sénégal même si le camp du pouvoir l’enjoint à payer l’amende de 138 milliards de FCFA prononcée par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) pour éviter de subir la contrainte par corps.

Oumar Dembélé

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire