Dakar-Echo

5,5 t de matériel scolaire à prennent la route d’Aubergenville pour Ndioum

5,5 t de matériel scolaire à prennent la route d’Aubergenville pour Ndioum

Proposée par l’équipe du conseil municipal des enfants, cette opération a été pilotée par la mairie en collaboration avec le Réseau des associations pour la coopération internationale en Val de Seine (Racivs).

Tableaux noirs, tables et chaises d’écoliers, ou encore livres scolaires, ont rempli un conteneur de 70 m3, ce vendredi matin à Aubergenville. Deux semaines après la fin de l’école, un grand nettoyage s’est opéré dans les établissements de la commune. « On avait beaucoup de matériel scolaire, en plutôt bon état, entreposé depuis des années dans les différentes réserves des écoles de la ville. Il y avait même des vélos provenant du centre de loisirs », détaille Sophie Primas, sénatrice-maire (LR) d’Aubergenville.

Le conteneur n’a pas pris la direction de la déchetterie mais celle de l’exode international. Au total, c’est 5,5 t de matériel scolaire qui ont fini par quitter les terres de l’école Louis-Pergaud, à Aubergenville, en direction du village de Ndioum, au Sénégal.

Proposée par l’équipe du conseil municipal des enfants, cette opération a été pilotée par la mairie en collaboration avec le Réseau des associations pour la coopération internationale en Val de Seine (Racivs). Le transport a été pris en charge par la municipalité, à hauteur de 6 000 €.

 « Ndioum est mon village natal, je l’ai quitté quand j’avais 10 ans, raconte Saïdou Thiam, cofondateur du Racivs. Après y avoir fait une bonne partie de ma scolarité, ça me semble normal d’aider les enfants qui y sont à étudier dans de meilleures conditions. »

Amis et bénévoles du Racivs, une vingtaine de personnes étaient présentes aux côtés des agents de la ville pour alimenter la cargaison. Plus habituée aux salles de classe qu’aux déménagements, Mariam a fait une petite exception. À 17 ans, elle donne habituellement des cours de français au sein du Racivs dans le cadre du service civique. « On est confronté à des élèves qui apprennent dans de bonnes conditions donc ça me semble normal de vouloir faire en sorte que ce soit pareil ailleurs ». En service civique également, Arcelle voit en cette opération, « une action solidaire et citoyenne ».

Après une première étape au Havre, le conteneur sera transporté par voie maritime en Afrique, l’arrivée au village étant prévu le 8 août prochain. « Depuis six mois, on travaille pour obtenir une autorisation de douanes et un papier du ministère afin de s’assurer que le matériel arrive à bon port et ne soit pas bloqué à Dakar. Normalement, ça devrait aller », espère Sophie Primas.
Avec Le Parisien

dakarecho@gmail.com'

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire