Dakar-Echo

An 50, le dictateur fou Gambien égratigne encore le Sénégal

yaya_jammehLe chef de l’Etat gambien Yahya Jammeh en veut au Sénégal et a du mal à le cacher. Il a accordé à la RTS un entretien hier mercredi 18 février 2015 à Bakau en Gambie, après les célébrations marquant le cinquantenaire de l’accession de son pays à la souveraineté internationale.

Yahya Jammeh qui offrait une mine souriante au Premier ministre Mahammad Boune Abdallah Dionne et sa délégation, n’a pas du tout manqué d’égratigner le Sénégal et son président Macky Sall.

Le Sénégal est un mauvais voisin
La religion de Jammeh est faite que “le Sénégal est un mauvais voisin”. Le dictateur gambien l’a fait savoir au malheureux reporter de la RTS qui a eu l’outrecuidance de lui poser une question “indélicate” sur ce qu’il pense de ce qui pourrait être les axes futurs de la coopération entre la Gambie et le Sénégal.

C’était lors de l’interview qui a sanctionné la fin du défilé du 18 février à l’Independence stadium de Bakau.

Visiblement agacé par l’audace du journaliste sénégalais, Jammeh lui fait tout de suite remarquer que sa question est “indélicate” avant d’ajouter ceci : “Mes intentions pour le Sénégal sont claires.

Je ne veux que du bien au Sénégal, ce qui est l’inverse chez vous. Je vous laisse deviner”, déclare Jammeh qui ajoute: “Le Sénégal héberge mes ennemis. Pourtant sous mon régime, jamais une seule critique, et jamais un ennemi de Macky Sall et du Sénégal n’a été hébergé en Gambie.

Nous aurions pu cacher les ennemis du Sénégal chez nous mais nous ne l’avons jamais fait. Donc tant qu’il n’y a pas de sincérité entre la Gambie et le Sénégal, il ne peut y avoir de liens cordiaux”, déclare Jammeh.

Se voulant plus clair sur ce qu’il pense de son voisin, le dictateur gambien balance : “Vous ne pouvez pas me dire que je suis votre ami alors que vous accueillez mes ennemis dans votre arrière-cour.

C’est ce qui se passe entre la Gambie et le Sénégal. Il est de notoriété publique que le Sénégal héberge mes ennemis. Pourtant, depuis ma prise de pouvoir en 1994 et jusqu’à ce jour, j’ai attribué plusieurs gros contrats de projet de développement à des entreprises sénégalaises.

Les Sénégalais résidant en Gambie ne sont pas harcelés ou maltraités par mon gouvernement. Je ne comprends pas”, s’est-il plaint.

Loin de se laisser impressionner par la colère de Yahya Jammeh, le reporter de la RTS relance sa question avec un peu plus de précision: “Est-ce que le pont (de Farafenni) va contribuer à affermir les relations entre la Gambie et le Sénégal ?” Réponse cinglante de Jammeh : “Le pont ne va pas se lever pour saluer quelqu’un tout comme il ne va rien changer sur les relations bilatérales entre le Sénégal et la Gambie. Donc vous ne devez pas vous mettre dans la tête que c’est le pont qui va tout régler entre nos deux pays” ajoute Jammeh sans détour.

Il y a quelques semaines, après avoir échappé à un énième putsch, Yahya Jammeh déclarait sur la télévision nationale gambienne, GRTS, que jamais le pont de Bamba Tenda-Yilli Tenda ne verra le jour pour des raisons de sécurité nationale.

Car disait-il, ce pont faciliterait l’entrée de ses ennemis en territoire gambien via le Sénégal. Maintenant que le Sénégal marche résolument vers le désenclavement de la Casamance avec l’inauguration des bateaux Aguène et Diambone ainsi que le rétablissement de la voie de contournement de la Gambie, Jammeh veut reprendre les rênes du jeu, et meilleur atout ne saurait être le pont de Bamba Tenda-Yilli Tenda.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire