Dakar-Echo

30.000 talibés, 1.006 écoles coraniques, et 7 600 mendiants à Dakar et sa banlieue

mendiantsLa Cellule nationale de lutte contre la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants (CNLTP), vient de rendre publique une enquête menée dans la région de Dakar.

L’étude avait pour objectif de répondre à la demande de l’Etat et de la société civile de disposer d’une situation nationale de référence des écoles coraniques pour mieux prendre en compte les besoins de protection des enfants enrôlés dans ces écoles, mais aussi de localiser, de répertorier, d’identifier le mode d’organisation, la typologie et ou profil et d’enseignement des écoles coraniques, etc. La rencontre de restitution départementale a eu lieu hier à Pikine.

Les résultats obtenus montrent qu’il y a quelque 30 000 talibés, 1006 écoles coraniques, dans la région de Dakar. 30,8% de ces écoles sont dans le département de Dakar, 27,40% à Pikine, 18,9% à Guédiawaye et 22,9% à Rufisque. Les daaras représentent 81% des écoles coraniques, tandis que les écoles franco-arabes et arabes constituent respectivement 17% et 2%.

L’étude a aussi montré que les daaras sont plus concentrés dans le département de Dakar avec 24,3%, contre (20,70%) pour Pikine, (21,6%) pour Rufisque et (14,10%) pour Guédiawaye. 845 daaras sont implantés à Dakar, depuis 1980.

Dans ce même ordre d’idée, les écoles coraniques proviennent de diverses régions du Sénégal (Kaffrine (10%), Sédhiou, Matam, Kolda et Saint-Louis, (35%). Sans oublier que les raisons d’implantation des écoles coraniques sont d’ordre éducationnel, environnemental et économique.

L’enquête a aussi révélé qu’il y a 5 types de daara. Il y a les daaras traditionnels enseignant uniquement le Coran (52%) ; ceux qui enseignent le Coran et l’arabe (32%) ; ceux qui intègrent le français dans l’enseignement du Coran (6%) ; d’autres enseignent le Coran, le français et l’arabe (8%) et enfin il y a l’enseignement du Coran et d’une langue maternelle (2%).

Par ailleurs, Mody Ndiaye, secrétaire permanent de la CNLTP au ministère de la Justice, a confié que la modernisation des daaras au Sénégal n’est plus qu’une question de jours. « Les projets sont dans les circuits.

L’une des dernières étapes a été le tour que le ministère de l’Education a fait au niveau des différentes familles religieuses. Une fois que le projet sera voté au niveau de l’Assemblée nationale, le démarrage sera effectif », a promis M. Ndiaye.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire