Dakar-Echo

236 partis politiques au Sénégal : Les acteurs œuvrent pour une rationnalisation

moctar-mbow-macky-sall236 partis politiques. C’est le dernier chiffre officiel sorti hier par le ministère de l’Intérieur.

Pourtant, en 2000, à l’avènement de la première alternance, le Sénégal comptait encore 42 partis.

En juin 2013, la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI) dirigée par Amadou Makhtar Mbow avait relevé 211 partis politiques dont 78 sans adresse. Donc, entre-temps, 17 partis ont encore vu le jour en attendant les candidats au récépissé.

Le phénomène a poussé les acteurs politiques, l’Etat et la société civile à s’interroger sur la question sans enfreindre la liberté d’association. C’est l’objet de l’atelier de partage sur la rationalisation de l’espace politique au Sénégal.

«Il nous apparaît important de s’intéresser aux partis politiques, notamment à la loi qui les régit, leur création, leurs sources de financement, leur contrôle», lit-on dans un document.

A ce propos, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur estime qu’il est évident que ces formations politiques ne sauraient présenter aux citoyens sénégalais autant de projets de société cohérents et distincts.

Toutefois, il a reconnu l’existence de la protection constitutionnelle de la liberté d’association, tout comme la nécessité d’avoir des partis politiques en quantité pour la concurrence dans la compétition électorale.

Ibrahima Lô pense que la loi 81-07 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques modifiés, qui a eu beaucoup de mérite pour avoir instauré le multipartisme intégral au Sénégal, a montré «ses limites».

«Cette loi ne traite pas de coalition de partis alors que ces dernières sont constitutionnellement consacrées», explique-il.

 

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire