Dakar-Echo

2 containers de matériel de pêche aux pêcheurs sénégalais

CONTAINER_pecheurs_senegalLe monde de la pêche s’est mobilisé pour envoyer deux containers de matériel aux pêcheurs artisanaux du Sénégal.

Laurent Dubois aurait sans doute été très ému de voir ses successeurs à l’œuvre, à Ciboure, en train de charger un container de 20 m³ de matériel de pêche voué à être envoyé au Sénégal.

Disparu prématurément cet été à l’âge de 44 ans, le salarié de l’Institut des milieux aquatiques (IMA) avait mis en place en 2004 une filière de recyclage sur le quartier maritime. Objectif ? Envoyer du matériel considéré ici comme obsolète dans les pays en voie de développement.

Aux côtés de la Mission de la mer, du Comité local des pêches, de l’association Marple ou encore le CCFD-Terre Solidaire (1), de nombreux acteurs du monde de la pêche ont participé à cette action née de la rencontre, il y a quelques mois, avec le Sénégalais Mustapha Fall et son association de pêcheurs artisans.

Dans son pays une très grande majorité de la population vit de la pêche. Une pêche précaire, sans moyens. « Ce qu’on envoie, pour nous c’est le trop-plein, pour eux c’est le vital. Ils pêchent à bord de pirogues. Avec un filet bolinche, ils en font plusieurs », résume l’aumônier des marins, Mikel Epalza.

« On est tous frères »

« Ces pêcheurs sont musulmans, poursuit l’homme d’Église. C’est ça la solidarité du monde de la pêche, aller au-delà des différences. On est tous pêcheurs, on est tous frères parce qu’on vit de la même chose », poursuit l’homme d’église.

Neuf ou non, des centaines de mètres de filets, des cordages, des dizaines de gilets de sauvetage, des flotteurs ou des moteurs sont calés dans un premier container. Il devrait arriver en février. Un autre rempli par l’entremise de l’association Marple, présidée par Marie-Odile Morlet, assistante sociale et française d’origine sénégalaise sera réceptionné quelques jours plus tard.

« Nous travaillons sur place à destination des enfants de pêcheurs. Le second container à partir sera chargé de matériel pédagogique, de fournitures scolaires et ludiques », explique-t-elle.

Les deux containers basques sont attendus avec impatience sur place. « Il faut savoir que là-bas, le salaire moyen est de 50 euros. Celui des pêcheurs est très en dessous. Ces familles sont vraiment dans la survie. Ils n’ont pas de quoi se payer du matériel.

Là, on leur donne un outil de travail », poursuit la présidente de Marple. Elle et les membres de son association seront sur place pour réceptionner les containers et s’assurer que l’ensemble du matériel soit distribué correctement.

(1) Comité catholique contre la faim et pour le développement.

RAPHAËLLE GOURIN avec SUD OUEST

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire