Dakar-Echo

128 journalistes ont perdu la vie en mission en 2014

Bilan très lourd
L’année 2014 a été terrible pour les journalistes, a affirmé lundi la Presse Emblème Campagne (PEC).

Au moins 128 d’entre eux ont été tués dans 32 pays, selon le rapport annuel de l’ONG basée à Genève publié ce lundi 15 décembre.

Un nouveau conflit meurtrier pour les travailleurs des médias s«est ouvert en Ukraine et l’offensive israélienne à Gaza cet été a fait de nombreuses victimes.

En Syrie, l’horreur a atteint des sommets avec des journalistes décapités en public par l’Etat islamique (EI), constate l’organisation de défense des journalistes.

L’ONG relève en même temps que les gouvernements s’engagent beaucoup plus qu«il y a quelques années pour renforcer la sécurité des journalistes. Mais l’impunité et le non-respect du droit international par les belligérants sont des facteurs qui, sur le terrain, continuent à prédominer.

Gaza et Syrie les plus meurtriers

Israël a été à l«origine du plus grand nombre de victimes cette année, avec un total de 16 journalistes tués lors de l’offensive militaire à Gaza. La Syrie est au second rang du nombre de victimes, avec 13 victimes, devant le Pakistan (12 tués), la plupart dans les zones tribales proches de l’Afghanistan.

L’Irak arrive en quatrième position des pays les plus dangereux avec 10 journalistes tués, dont plusieurs à la suite de l’offensive de l’Etat islamique (EI). L’Ukraine est au 5e rang avec 9 journalistes tués. Des journalistes des deux camps sont morts dans les affrontements, dont quatre Russes, a précisé la PEC.

14 journalistes tués en Afrique
Viennent ensuite le Mexique (8 tués), l’Afghanistan (6 tués), le Honduras (5 tués) et la Somalie (5 tués). La République centrafricaine et le Brésil sont à égalité au 10e rang avec chacun 4 tués.

Trois journalistes ont été tués dans les pays suivants: Cambodge, Guinée (lors d«une mission d’information sur l’Ebola), Paraguay et Philippines. Deux au Bangladesh, en Colombie, en Inde, en Libye, au Pérou, en Turquie et au Yémen.

Enfin un journaliste a été tué dans les dix pays suivants: Arabie saoudite, Birmanie, Egypte, Liban, Nigéria, Panama, République démocratique du Congo, République dominicaine, Russie, Salvador, selon l’ONG.

Plus de mille morts en neuf ans

La PEC note que le Moyen-Orient a été la région la plus violente avec 46 journalistes tués, devant l’Asie (31), puis l’Amérique latine (27), l’Afrique subsaharienne (14) et l’Europe (10).

L’an dernier, 129 journalistes avaient été tués, soit un nombre presque équivalent à cette année. Depuis le début du décompte effectué par la PEC, en 2006, soit en neuf ans, plus de mille journalistes ont été tués, soit 111 en moyenne par année et plus de deux par semaine.

Les dix pays les plus dangereux au cours des cinq dernières années ont été: la Syrie avec 69 tués, devant le Pakistan 63 tués. Le Mexique est 3e rang avec 50 tués, devant l’Irak 44 tués et la Somalie (39 tués). Suivent le Brésil (31 tués), le Honduras (30 tués), les Philippines (29 tués), l’Inde (21 tués) et les Territoires palestiniens occupés (21).

Articles similaires

Laisser un commentaire